Agence des Zones
Economiques Spéciales
 
       
   
   
     
en continu
   
Page d'Accueil   /   Actualités   /   Evénements  /  Travaux en Sous-commissions

Travaux en Sous-commissions

 

L’Agence des Zones Economiques Spéciales (AZES) a procédé hier jeudi 12 octobre 2017  à la mise en place des différents Sous-commissions devant examiner les demandes d’octroi du statut de Zone Economique Spéciale (ZES) et présenter à la Commission les procès-verbaux de leurs décisions finales. Il s’agit au total de quatre Sous-commissions qui seront dirigées par les délégués des institutions et services publiques intervenant dans le processus de mise en place des Zones Economiques Spéciales en République Démocratique du Congo. C’est le Chargé de Mission de l’AZES, Monsieur Auguy Bolanda qui a rendu publique la composition de ces quatre Sous-commissions qui se présente de la manière suivante :

1.La Sous-commission technique sera présidée par le Secrétariat Général à l’Industrie. La Vice-présidence sera assurée par le Secrétariat Général à l’Aménagement du territoire. Le poste de Rapporteur est confié à l’AZES, tandis que le Bureau Technique de contrôle (BTC) assumera la fonction de Rapporteur-adjoint.

2.La Sous-commission Investissement sera présidée par le Fonds de Promotion de l’Industrie (FPI) ; la vice-présidence sera assurée par la FEC ; l’AZES occupera le poste de Rapporteur, tandis que le poste de Rapporteur-adjoint est confié à la COPEMECO.

3.La Sous-commission Avantages et facilités sera présidée par la Primature. La Vice-présidence est assurée par la DGRAD ; tandis que les postes de Rapporteur et de Rapporteur-adjoint à l’AZES et à l’OCC

4.Enfin, la dernière Sous-commission en charge de l’Emploi et Sécurité est présidée par la DGM, la Vice-présidence est confiée à l’Hôtel de ville et les fonctions de Rapporteur et Rapporteur-adjoint respectivement à l’AZES et à l’ONEM.

  

 
AZES
 
 

Joseph Kabila

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,

Honorable Président du Sénat,

Honorables Députés et Sénateurs,

"Je me fais le devoir de rappeler, une fois de plus, la fragilité des fondamentaux de notre tissu économique tournés essentiellement vers le secteur tertiaire, et marqué d’une part, par l’importation des biens de première nécessité consommés par les Congolais et que nous ne produisons pas, et d’autre part, par l’exportation des matières premières, vers les pays industrialisés, source de nos principales recettes budgétaires, mais dont la fixation des cours échappe à notre contrôle.

Il va sans dire que tant que nous ne changerons pas ce paradigme, notre économie restera fragile et fera continuellement les frais des soubresauts de la conjoncture économique internationale.

Dans le même ordre d’idées, tant que notre système fiscal sera écrasant, discriminatoire et truffé d’une parafiscalité lourde, le climat des affaires ne sera pas propice à l’investissement productif ni au civisme fiscal...

Il nous faut, en effet, produire ce que nous consommons et, comme J’ai eu déjà à le dire, conférer de la valeur ajoutée à nos produits destinés, non seulement à la consommation domestique, mais aussi à l’exportation, en vue de les rendre plus compétitifs.

Notre pays ne saurait plus indéfiniment être ce grand marché offrant l’opportunité d’affaires et d’emplois aux peuples des pays tiers, au détriment de sa propre population et de son économie."

----------------------------------------------------------------------------------

Extrait du Discours du Chef de l’Etat devant le Parlement réuni en Congrès.

 
 
 
  Liens utiles
  Présidence   Primature   Ministère des Finances
  ANAPI   FEC   CFEF   ONUDI   CAID   Guichet Unique de CE
  PAI-Bukanga-Lonzo   Banque Centrale du Congo   
  Banque Africaine du Développement  Banque Mondiale
     

Visiteurs : compteurs visiteurs gratuits