Agence des Zones
Economiques Spéciales
 
       
   
   
     
en continu
   
Page d'Accueil   /   Procédures   /   Implantation des ZES  /  Implantation des ZES

Implantation des ZES

 

Une zone économique spéciale (ZES) est par définition un site destiné à attirer massivement des investissements privés. Elle est régie par un régime juridique spécifique et offre des incitations fiscales, administratives, douanières ainsi que des infrastructures viables aux entreprises qui s'y installent.

En règle générale, les ZES sont créées sur l'initiative soit du gouvernement, soit des aménageurs privés.

Selon qu'elles sont créées par le gouvernement, elles tendent à suivre les étapes suivantes: 

1. Sélection du site

2. Expropriation pour cause d’utilité publique

  • Identification des occupants
  • Evaluation des concessions
  • Indemnisation des expropriés
  • Déguerpissement/délocalisation

3. Recrutement de l’aménageur

4. Viabilisation du site

5. Installation des entreprises

6. Opérationnalisation de la ZES

Pour rappel, à l'issue de sa réunion extraordinaire du 26 janvier 2016 et dans le but de stabiliser et relancer l'économie congolaise, le Gouvernement de la RDC a arreté 28 mesures urgentes parmi lesquelles il y a lieu de citer la mise en place de 3 zones économiques spéciales (en Ituri, au Haut-Katanga et au Kongo Central) en plus de la ZES pilote de Maluku à Kinshasa.

 
AZES
 
 

Joseph Kabila

Honorable Président de l’Assemblée Nationale,

Honorable Président du Sénat,

Honorables Députés et Sénateurs,

"Je me fais le devoir de rappeler, une fois de plus, la fragilité des fondamentaux de notre tissu économique tournés essentiellement vers le secteur tertiaire, et marqué d’une part, par l’importation des biens de première nécessité consommés par les Congolais et que nous ne produisons pas, et d’autre part, par l’exportation des matières premières, vers les pays industrialisés, source de nos principales recettes budgétaires, mais dont la fixation des cours échappe à notre contrôle.

Il va sans dire que tant que nous ne changerons pas ce paradigme, notre économie restera fragile et fera continuellement les frais des soubresauts de la conjoncture économique internationale.

Dans le même ordre d’idées, tant que notre système fiscal sera écrasant, discriminatoire et truffé d’une parafiscalité lourde, le climat des affaires ne sera pas propice à l’investissement productif ni au civisme fiscal...

Il nous faut, en effet, produire ce que nous consommons et, comme J’ai eu déjà à le dire, conférer de la valeur ajoutée à nos produits destinés, non seulement à la consommation domestique, mais aussi à l’exportation, en vue de les rendre plus compétitifs.

Notre pays ne saurait plus indéfiniment être ce grand marché offrant l’opportunité d’affaires et d’emplois aux peuples des pays tiers, au détriment de sa propre population et de son économie."

----------------------------------------------------------------------------------

Extrait du Discours du Chef de l’Etat devant le Parlement réuni en Congrès.

 
 
 
  Liens utiles
  Présidence   Primature   Ministère des Finances
  ANAPI   FEC   CFEF   ONUDI   CAID   Guichet Unique de CE
  PAI-Bukanga-Lonzo   Banque Centrale du Congo   
  Banque Africaine du Développement  Banque Mondiale
     

Visiteurs : compteurs visiteurs gratuits